La tech, nouvel allié du tourisme local et durable ?

Notion antinomique au développement durable, la tech pourrait-elle être un outil pertinent à l’essor du tourisme de proximité eco-responsable ?

Durant ces divers confinements, la tech et le numérique se sont révélés être nos meilleurs alliés pour pallier à l’isolement : explosion des jeux vidéo et du virtuel, des plateformes de streaming et des réseaux sociaux.

En dépit de cela, la tech a souvent été décriée ces dernières années pour son vol de données, l’isolement social et la pollution environnementale qu’elle engendre. En réponse à cette prise de conscience est né un engouement pour la déconnexion mais aussi pour le Green IT (= sobriété numérique).

Ce constat soulève alors la question suivante : une hausse du tourisme de proximité et durable étant prévue ces prochaines années, la tech pourrait-elle s’avérer être un nouvel allié de ce mode de voyage ?

Les tendances en termes de tourisme local

Dû à la fermeture des frontières ces derniers mois, les personnes tendent à s’échapper de leur quotidien en pratiquant du tourisme de proximité. D’après le site communiti. corsica, le tourisme de proximité (ou local) permet de se dépayser à maximum 100 kilomètres de son domicile et de découvrir autrement sa région. Il s’agit pour un territoire, de l’activité touristique générée par ses habitants. Ce tourisme alternatif s’inscrit dans la tendance du slow tourisme. 

Tourisme de proximité

Depuis que les effets de la crise écologique se font ressentir, le tourisme durable est fort médiatisé. Sur le site d’Acteurs du Tourisme Durable figure la définition du tourisme durable (=responsable) de l’Organisation Mondiale du Tourisme.

Ce tourisme “tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil.”

Enfin, nous connaissons des avancées considérables dans l’univers de la Tech et de l’Environnement. Tom.travel, magazine spécialisé dans l’innovation du Tourisme aborde notamment le concept de Green IT. Il renvoie à toutes les méthodes permettant de réduire l’empreinte environnementale du numérique.  

Tech et Environnement

Pour ce faire, il est possible de pratiquer le Low-tech. Comme dit dans l’article, “Il s’agit de techniques visant à simplifier l’usage des technologies pour être locales, réparables et recyclables. “Peu gourmande en énergie, elle remet en cause la pertinence de développements technologiques.

L’été 2021 sera français, local et durable

#CetÉtéJeVisiteLaFrance

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, les arrivées de touristes internationaux au mois de janvier 2021 ont chuté de 87 % par rapport à 2020. 86 % des français passeront leurs vacances d’été en France contre 67 % l’année dernière. D’après une étude menée par Savoie Mont-Blanc :

  • A la mi-mars 2021, 3/10 français sont certains de vouloir partir.
  • 71% des français partants souhaitent visiter une autre région que la leur
  • 13% désirent aller à l’étranger, autant que ceux qui souhaitent rester dans leur région.

Les souhaits des français d’après un sondage national :

  • 44 % des français veulent de l’ensoleillement
  • 38 % des français recherche la possibilité de baignade
  • 33 % des français rêvent de grands espaces et de nature
staycation

Au-delà de partir près de chez soi en raison de restrictions gouvernementales ou financières, 71% de français sondés par Booking.com* souhaitent que l’argent dépensé pendant leur séjour soit réinjecté dans l’économie locale de leur destination. 40% de ces mêmes sondés envisagent de choisir leurs prestataires de voyages en fonction de leur engagement envers les communautés locales.

* Étude Booking.com menée en janvier 2021 auprès d’un panel d’adultes prévoyant de partir en voyage au cours des 12 prochains mois dont 1000 Français.

Le tourisme vert plébiscité

L’arrêt de l’activité humaine pendant les divers confinements ont mis en évidence l’impact négatif de l’Homme au quotidien. De plus, nous avons connu ces dernières années diverses manifestations évidentes du réchauffement climatique : dérèglement des températures, disparition d’espèces, fonte des glaces. Ainsi, un certain nombre d’entre eux s’engagent dorénavant dans l’éco-responsabilité.  

Interviewée par Tom.Travel, Armelle Solelhac, Fondatrice de SWiTCH Agency considère que le tourisme vert a pour but de satisfaire la quête de sens lorsque les personnes prennent des vacances.

L’idée est de vivre une expérience authentique qui préserve voire améliore les conditions de vie des locaux.

Armelle Solelhac, fondatrice de SWiTCH Agency

Déjà en 2016, une enquête GlobaData mettait en lumière que :

  • 35 % des touristes dans le monde préféraient des vacances écoresponsables.
  • 74,5% des voyageurs affirment que la charte RSE d’un hôtel influence le choix d’une destination

Les technologies, des outils au service de l’eco-responsabilité

Canal d’information puissant sur les avancées contre l’urgence climatique

Murmuration est un acteur du voyage qui puise dans l’intelligence artificielle, big data et données satellites pour réaliser des études environnementales. Les actions engagées pour endiguer ce phénomène sont communiquées, à travers la diffusion de contenu média ou de projets. Aussi, les entreprises intègrent davantage la RSE dans leur politique et renseignent sur leurs sites internet leurs labels ou chartes.  Les réseaux sociaux quant à eux, deviennent un lieu fédérateur autour d’une cause.

Gestion facilitée des flux touristiques

Fort prisée pour ses plages sur la côte atlantique, La Nouvelle-Aquitaine a sollicité GIP Littoral, Administration publique œuvrant pour la préservation de l’environnement. Cette dernière a lancé une expérimentation visant à mesurer la fréquentation des plages et à prédire l’affluence. La stratégie suivante sera de développer des offres de services permettant d’optimiser la fréquentation.

Avant le Covid, le tourisme de masse était une grande préoccupation dans le secteur. En dépit de la fermeture de frontières et de la levée des confinements, notre envie commune à tous des grands espaces a entraîné la surfréquentation de certains parcs tels que le Parc national des Calanques.

A cela, les destinations ont imaginé promouvoir des lieux plus confidentiels de leur territoire pour réguler le flux touristique.  

Des expériences tournées sur la découverte et la sensibilisation

Les jeux sur mobile de type parcours numériques et jeux de pistes comme Explorama proposent quant à eux de mieux connaître la nature en proposant de relever des défis ludiques au sein d’un espace vert.

Les technologies permettent de repenser l’expérience de visite en proposant de l’immersif, comme la Réalité Augmentée ou Virtuelle. Ces dernières sont notamment employées pour présenter le passé historique d’un monument. Il peut s’agir aussi de rendre le visiteur acteur de la visite en réalisant des interactions telles qu’attraper des objets.

Par ailleurs, les applications mobiles de tourisme et mobilité motivent à changer facilement ses comportements  comme en témoigne Google maps, qui propose des trajets plus responsables.

Article rédigé le 23/04/2021 par Fanny DARIO, assistante marketing et communication

Journées Européennes du Patrimoine 2021
Découvrez comment mettre en place Explorama pour cet évènement.